Monthly Archives: novembre 2010

Service Public : la Poste opérateur mobile dès 2011

Debitel, l’opérateur mobile virtuel filiale à 40% de SFR, va mettre sa plate-forme technique et ses clients à la disposition de la Poste. De son côté, la Poste ne veut pas perdre de temps et souhaite devenir opérateur virtuel avant l’arrivée de Free, en 2012. Le groupe la Poste avait annoncé sa décision et l’entrée en négociations exclusives avec le prestataire télécoms, SFR. Le choix de cet opérateur a été validé par le conseil d’administration de la Poste début novembre 2010.

L’objectif est ambitieux, puisque la Poste table sur de 1,5 à 2 millions d’abonnés en trois ou quatre ans. Jusqu’à présent, ce type d’opérateurs qui ne possèdent pas leur propre réseau, appelé MVNO (1), est assez peu développé en France, où ils n’ont que 6% de part de marché et 3,6 millions d’abonnés. Comment les postiers vont-ils réaliser l’exploit de recruter plus d’un million d’abonnés en un temps record, alors que le plus gros MVNO en France, Virgine Mobile, en a moins de 2 millions ?. Tout simplement parce que la Poste compte utiliser le réseau SFR et s’appuyer sur ses 17.000 points de vente et sa fabuleuse marque pour entrer de plein-pied dans un marché fructueux. Elle va ainsi prendre le contrôle de 51% du MVNO (1) Debitel et SFR 49%.

Grâce à cette fusion, la Poste va pouvoir se lancer dès le début 2011 car elle n’aura pas à mettre en place un système informatique ad hoc. Elle va utiliser la plate-forme de facturation et de distribution de la marque Simplicime de Debitel.

La nouvelle offre sera commercialisée sous le nom < La Poste Mobile >.

 

(1) MVNO < Mobile Virtual Network Opérators >,< opérateur de réseau mobile virtuel >, est un opérateur de téléphonie mobile qui, ne possédant pas de concession de spectre de fréquences ni d’infrastructure de réseau propre, contracte des accords avec les opérateurs mobiles possédant un réseau mobile pour leur acheter un forfait d’utilisation et le revendre sous sa propre marque à ses clients.

 


 

 

Transports : le BHNS est en route pour Marseille 15

Dans le cadre du vaste dispositif d’information et de concertation mis en place par le conseil communautaire de Marseille Provence Métropole < MPM > pour permettre aux habitants de l’agglomération de s’exprimer sur l’opportunité et les grandes caractéristiques du projet, qui constitue un enjeu majeur pour la qualité de vie et l’attractivité de l’agglomération marseillaise, la première réunion destinée aux résidents des quartiers de Oddo à Ledru-Rollin s’est tenue le mercredi 24 novembre 2010 à 17h30 dans l’amphithéâtre de l’école de la deuxième chance 12 place des Abattoirs 13015 Marseille.

Madame Samia Ghali, sénatrice-maire qui a eu à charge le pilotage du projet avec MPM a ouvert la séance. Le 15ème arrondissement, dont les habitants font partie des plus gros utilisateurs de la RTM aura son BHNS < Bus à Haut Niveau de Service > qui reliera Capitaine Gèze, où va être créée une gare routière, et Saint-Antoine sur l’actuelle ligne du bus n°26, en terme de fréquentation. C’est pour cette raison  que le BHNS < avec une capacité de 120 personnes > va être mis en place, ajoute la sénatrice-maire. Aussi un aménagement des sites de circulation est prévue < élargissement des trottoirs, plantation d’arbres et développement des parkings >, conclut, Samia Ghali.

L’itinéraire est constitué en grande partie par l’ex-RN18, et supporte plusieurs fonctions < le trafic de transit, le trafic de liaison et d’échanges entre différents quartiers et le trafic de desserte riveraine > explique l’un des techniciens de MPM présentant le projet aux habitants présents.

Le Bus à Haut Niveau de Service < BHNS > est un nouveau système de transport en commun intermédiaire entre le tramway et le bus. Il se caractérise par : 

– Une fréquence élevée < entre 5 et 8 mn en heure de pointe >,

– Une régularité et une ponctualité renforcées,

– Des plages horaires étendues, des temps de parcours optimisés,

– Une information aux stations et dans le bus < temps d’attente, évènements sur la ligne >,

– Confortable et de grande capacité, accessible aux personnes à mobilité réduite, 4 portes en ouverture et climatisation.

Le projet prévoit également une partie aménagement de la ligne pour que le BHNS circule dans de bonnes conditions optimales et donne entière satisfaction aux usagers :

– Par la réalisation de sites propres où seul le bus circule,

– Par la mise en place d’un système de priorité pour le BHNS à chaque carrefour < gestion spécifique des feux tricolores, couloirs d’approche >,

– Par la mise en accessibilité des quais des stations,

– Par la réorganisation et la requalification des espaces urbains le long du tracé < réorganisation du stationnement, nouveau mobilier urbain, plantation d’arbres >.

La Communauté Urbaine Marseille Provence Métropole < MPM > et le Conseil Général des Bouches-du-Rhône ont décidé de mettre en place trois grands projets :

– Le projet ligne de < BHNS > entre la faculté de Saint-Jérôme et la faculté de Château-Gombert via le métro la Rose.

– Le projet ligne de < BHNS > entre Castellane et le pôle administratif de Luminy.

Trois projets différents, mais adaptés à chaque secteur dont le < BHNS > sur la ligne 26 actuelle, qui devrait être effectif fin 2013-début 2014 < entre le métro Bougainville et le Vallon des Tuves à Saint-Antoine avec un arrêt à l’hôpital Nord >, conclut le technicien de MPM.

Vous avez des plaquettes et un cahier à votre disposition dans la salle du conseil d’arrondissement à la mairie de secteur de Marseille 15ème et 16ème. Vous pouvez déposer sur ce matériel < du 25 novembre au 23 décembre 2010 >, vos remarques, suggestions, questions etc…. Tout sera pris en compte par le bureau d’étude qui ne manquera pas de vous apporter des réponses, informe la sénatrice-maire avant le débat public.

Le projet est très alléchant. Mais il pose de nombreuses questions concrètes. Notamment en matière de places de stationnement < ne pas pénaliser le petit commerce >, < entre les places de stationnement et les arbres, il faudra choisir >.

Le prix du ticket sera étudié car élevé même pour les très court trajet < 1,50 euro >. Il n’est pas prévu de piste cyclable.

Cette réunion publique, sera suivie par deux autres :

– Le mercredi 1er décembre 2010, à 17h30, au lycée Saint-Exupéry au 529, chemin de la Madrague Ville 13015 Marseille < pour les résidents des quartiers de Saint-Louis jusqu’au village de la Viste >.

– Le mercredi 8 décembre 2010, à 17h30, dans la salle du théatre de l’Astronef au Centre Hospitalier Edouard Toulouse, 118 chemin de Mimet 13015 Marseille < pour les résidents des quartiers de la Viste jusqu’au Vallon des Tuves >.

Emploi : forum de la réussite à Marseille 15

La Mixité de France en Action < M.F.A > présidée par Madame Ayette Boudelaa, organise le forum de la réussite le vendredi 10 décembre 2010 à 19h00 dans l’amphitéâtre de l’école de la deuxième chance au 360 chemin de la Madrague Ville, 12 place des Abattoirs 13015 Marseille.

L’objectif de ce forum est de redonner espoir aux jeunes des quartiers populaires et de leur présenter des sociétés qui recrutent et des centres de formation.

Des entrepreneurs et des artistes issus de quartiers populaires viendront témoigner de leurs réussites professionnelles.

Très important : les demandeurs d’emplois qui souhaitent participer à ce forum, doivent impérativement s’inscrire sur < contactsmfa@gmail.com > avant le vendredi 10 décembre 2010 < le nombre de places étant limité >.

Les fusillades à l’arme lourde se multiplient à Marseille

Le 30 août, un homme esr retrouvé dans un quartier de Marseille, carbonisé dans sa voiture après avoir reçu plusieurs balles en pleine tête. Le 24 août, ce sont deux hommes qui sont tués en pleine rue dans la cité de la Cayolle. Le 15 août, un jeune homme de 20 ans est fauché par des tirs en rafale dans la cité des bleuets. Le 12 novembre, un homme de 22 ans, a été assassiné d’une rafale de kalacnikov, dans le quartier de la Rose.

Le vendredi soir 19 novembre 2010, un adolescent de 16 ans a été tué et un enfant de 11 ans a été grièvement blessé au cours d’une fusillade dans le 13ème arrondissement de Marseille. Les faits se sont déroulés vers 22 heures dans la cité le Clos la Rose. Des individus circulant à bord de deux véhicules et armés de fusils d’assaut Kalachnikov, ont tiré sur le jeune homme de 16 ans. Puis ils ont déclenché une deuxième rafale contre un autre immeuble de la cité, atteignant un garçon de 11 ans au cou, au bras et à la jambe. L’enfant a été hospitalisé.

Les agresseurs ont pris pour cible sur l’autoroute un automobiliste qui a été blessé aux bras. Ils ont abandonné leurs voitures près d’Aix-en-Provence et y ont mis le feu. On a retrouvé les armes < trois Kalachnikov > ayant vraisemblablement servi au crime, abandonnées et brûlées dans ces véhicules, a expliqué le procureur.

Depuis le début de l’année, dix neuf personnes ont péri lors de règlements de comptents dans la cité phocéenne. Le triste record de 2009, qui enregistre 29 victimes dans ces guerres urbaines, risque donc d’être battu. Si les méthodes employées sont celles du milieu Marseillais, les victimes de ces tueries sont loin d’être toujours fichées au grand banditisme. Souvent très jeunes et peu connues des services de police, elles ont quasiment toutes grandi dans les cités. < Pour les trois quarts d’entre elle, a précisé le procureur de la république à Marseille. Et la drogue est systématiquement la raison du conflit. >

Tous ces règlements de comptes n’ont pas été élucidé jusqu’à présent. < Les services de police interpellent des leaders, des gens en possession d’armes. Tous les jours, des gens sont condamnés à Marseille mais il faut encore amplifier ce travail en unissant toutes les forces de sécurités et en demandant aux habitants de nous aider >, par le biais de témoignages sous (x) par exemple, a dit le responsable du parquet de Marseille.

Brice Hortefeux, ministre de l’intérieur, s’est rendu le dimanche 21 novembre 2010 après-midi à Marseille. < soit dans les 48h suivant le drame >. En présence du Maire de Marseille, Jean-Claude Gaudin, il a annoncé le renforcement de l’effectif de police pour lutter contre le trafic d’armes. Il a promis 150 CRS supplémentaires sur la ville et 117 adjoints de sécurité. Ces effectifs seront opérationnels dès mardi 23 novembre 2010. Brice Hortefeux a exigé des remontées d’informations sur le patrimoine des principaux suspects de trafics de drogue, ainsi que des opérations coup de poings, dans les plus brefs délais, pour sécuriser les halls d’immeubles et les caves. Le maire de Marseille, Jean-Claude Gaudin, s’est dit satisfait des mesures prises par le ministre de l’intérieur.

 

 

La France a son nouveau gouvernement

Après 5 mois d’attente, la France a son nouveau gouvernement. Cette fois il est ancré à droite, les leaders centristes claquent la porte et, c’est la fin de l’ouverture. Fillon garde son grade.

Liste par ordre protocolaire :

François Fillon, premier ministre

MINISTRES : 

Alain Juppé, ministre d’Etat, ministre de la défense et des anciens combattants

Michèle Alliot-Marie, ministre d’Etat, ministre des affaires étrangères et européennes

Nathalie Kosciusko-Morizet, ministre de l’écologie, du développement durable, des transports et du logement

Michel Mercier, garde des sceaux, ministre de la justice et des libertés

Brice Hortefeux, ministre de l’intérieur, de l’outre-mer, des collectivités territoriales et de l’immigration

Christine Lagarde, ministre de l’économie, des finances et de l’industrie

Xavier Bertrand, ministre du travail, de l’emploi et de la santé

Luc Chatel, ministre de l’éducation nationale, de la jeunesse et de la vie associative

François Baroin, ministre du budget, des comptes publics, de la fonction publique et de la réforme de l’Etat, porte-parole du gouvernement

Valérie Pécresse, ministre de l’enseignement supérieur et de la recherche

Bruno Le Maire, ministre de l’agriculture, de l’alimentation, de la pêche, de la ruralité et de l’aménagement du territoire

Frédéric Mitterrand, ministre de la culture et de la communication

Roselyne Bachelot-Narquin, ministre des solidarités et de la cohésion sociale

Maurice Leroy, ministre de la ville

Chantal Jouanno, ministre des sports

Patrick Ollier, ministre auprès du Premier ministre, chargé des relations avec le parlement

Eric Besson, ministre auprès de la ministre de l’économie, des finances et de l’industrie, chargé de l’industrie, de l’énergie et de l’économie numérique

Henri de Raincourt, ministre auprès de la ministre d’Etat, ministre des affaires étrangères et européennes, chargé de la coopération

Philippe Richert, ministre auprès du ministre de l’intérieur, de l’outre-mer, des collectivités territoriales et de l’immigration, chargé des collectivités territoriales

Laurent Vauquiez, ministre auprès de la ministre d’Etat, ministre des affaires étrangères et européennes, chargé des affaires européennes

Nadine Morano, ministre auprès du ministre du travail, de l’emploi et de la santé, chargée de l’apprentissage et de la formation professionnelle

Marie-Luce Penchard, ministre auprès du ministre de l’intérieur, de l’outre-mer, des collectivités territoriales et de l’immigration, chargée de l’outre-mer

 

SECRETAIRES D’ETAT :

Pierre Lellouche, secrétaire d’Etat auprès de la ministre de l’économie, des finances et de l’industrie, chargé du commerce extérieur

Nora Berra, secrétaire d’Etat auprès du ministre du travail, de l’emploi et de la santé, chargée de la santé

Benoist Apparu, secrétaire d’Etat auprès de la ministre de l’écologie, du développement durable, des transports et du logement, chargé du logement

Georges Tron, secrétaire d’Etat auprès du ministre du budget, des comptes publics, de la fonction publique et de la réforme de l’Etat, chargé de la fonction publique

Marie-Anne Montchamp, secrétaire d’Etat auprès de la ministre des solidarités et de la cohésion sociale

Thierry Mariani, secrétaire d’Etat auprès de la ministre de l’écologie, du développement durable, des transports et du logement, chargé des transports

Frédéric Lefebvre, secrétaire d’Etat auprès de la ministre de l’économie, des finances et de l’industrie, chargé du commerce, de l’artisanat, des petites et moyennes entreprises, du tourisme, des services, des professions libérales et de la consommation

Jeannette Bougrab, secrétaire d’Etat auprès du ministre de l’éducation nationale, de la jeunesse et de la vie associative, chargée de la jeunesse et de la vie associative.

La loi sur la réforme des retraites a été promulguée par Nicolas Sarkozy

Après deux mois de contestation dans la rue et avant une nouvelle journée de mobilisation lancée par les syndicats le 23 novembre 2010, la loi sur la réforme des retraites a été promulguée par le président de la République Nicolas Sarkozy. La loi du mardi 9 novembre 2010 est désormais inscrite au journal officiel en date du mercredi 10 novembre.

Le conseil constitutionnel avait validé mardi 9 novembre 2010 la loi adoptée définitivement par le parlement le mercredi 27 octobre 2010. Seuls treize articles mineurs sur la médecine du travail avaient été censurés par les sages. Ils ont en revanche rejeté les recours déposés par les parlementaires socialistes qui estimaient que plusieurs dispositions de cette loi portent atteinte au principe d’égalité pour certains salariés. Le conseil constitutionnel a rejeté l’ensemble de ces griefs. Il a jugé les articles contestés de la loi portant réforme des retraites conformes à la constitution.

La réforme des retraites relève progressivement de 60 à 62 ans l’âge légal de départ à la retraite et de 65 à 67 ans l’âge pour une retraite à taux plein. Le conseil constitutionnel relève que le législateur s’est fixé comme objectif de préserver le système de retraite par répartition. Il n’a méconnu ni le principe d’égalité ni l’exigence constitutionnelle relative à une politique de solidarité nationale en faveur des travailleurs retraités.

Les sages ont considéré que le report de 65 à 67 ans de la limite d’âge ouvrant droit à une pension sans décote n’était pas non plus contraire au principe d’égalité entre les femmes et les hommes. Cette règle leur est commune. De plus, des dispositions particulières prennent en compte notamment la situation des parents ayant élevé trois enfants. Les griefs relatifs à la forme ont également été écartés, le conseil jugeant que le décision du président de l’Assemblée nationale, Bernard Accoyer, d’interrompre les explications de vote n’a pas porté atteinte aux exigences de clarté et de sincérité du débat parlementaire.

La loi prévoit que le comité d’orientation des retraites ( COR ) organise en 2013, une réflexion nationale sur < les objectifs et les caractéristiques d’une réforme systémique de la prise en charge collective du risque vieillesse >. 

 

Retraite : manifestation contre la réforme des retraites du samedi 6 novembre 2010

L’intersyndicale, réunie le jeudi 4 novembre 2010, a décidé d’appeler à un nouveau rendez-vous national de mobilisation contre la réforme des retraites dans la semaine du 22 au 26 novembre et dont les modalités seront arrêtées lors de la prochaine réunion de l’intersyndicale, le lundi 8 novembre 2010. La journée d’action ne concernera pas que les retraites et sera élargie à des revendications sur le salaire et la pénibilité.

Dans un communiqué signé par sept des huit syndicats < CGT, CFDT, CFTC, CFE-CGC, FSU, Unsa et Solidaires >, l’intersyndicale réaffirme sa détermination face à une réforme gouvernementale qui demeure injuste, inefficace, inacceptable et qui ne répond pas aux enjeux actuels. FO ne signe pas les déclarations communes mais participe aux actions unitaires. Les organisations syndicales, comme les salariés, sont attachées au travail intersyndical qui perdure depuis deux ans et aux actions unitaires.

Les quelque 259 cortèges en France ont rassemblé, samedi 6 novembre 2010, 375.000 personnes < contre 560.000 le jeudi 28 octobre 2010 > selon le ministère de l’intérieur, et 1,2 million < contre deux millions le 28 octobre > selon les syndicats. Cette huitième journée de mobilisation après le vote de la loi, est en net recul par rapport aux journées précédentes.

A Marseille, le cortège a rassemblé 8.500 personnes < contre 12.000 le jeudi 28 octobre 2010 > selon la préfecture de police, 80.000 < contre 150.000 le 28 octobre > selon les syndicats. FO ne participait pas au cortège. Peu de lycéens et d’étudiants étaient présents dans le cortège.

Le cortège est parti à 14h30 de la place Castellane en direction du cours Lieutaud puis la Canebière jusqu’au Vieux-Port. Un meeting s’est tenu au Vieux-Port et a pris fin vers 17h00. Les responsables syndicaux ont appelé les manifestants à un rassemblement devant les préfectures le mardi 16 novembre 2010 à 17h30.

 

Retraite des députés et Sénateurs

La pension moyenne pour un député est de 2.700 euros nets par mois, celle d’un sénateur de 4.442 euros nets.

Un seul mandat de cinq ans permet aux députés de percevoir une retraite de 1.572 euros, ce qui correspond à ce que touche, en moyenne, un salarié du privé après 40 ans et 6 mois de travail. Au bout de deux législatures, sa retraite sera doublée < 3.144 euros > et ainsi de suite jusqu’au plafond, soit quatre mandats <  vingt ans de cotisations > et le député percevra la somme de 71.000 euros par an < 5.916 euros par mois >. Le sénateur, pour un mandat simple ( neuf ans ), percevra une retraite mensuelle de 1.415 euros, le double pour deux mandats < 2.830 euros > et ce jusqu’au plafond, soit la somme de 5.896 euros.

Autre avantage dévolu aux parlementaires < en cas de décès, le conjoint ou la conjointe reçoit 66% de la pension du défunt, sans condition de ressources >.

Pendant des semaines et en période du conflit social sur la réforme des retraites des salariés, ont fleuri sur les blogs et les sites internet des articles fustigeant les privilèges des députés, accusés de vouloir s’éxonérer de la réforme qu’ils ont votée le mercredi 15 septembre 2010.

Le mercredi 20 octobre 2010, le président de l’Assemblée nationale, Bernard Accoyer a dévoilé les axes de la réforme du régime spécifique des députés, souvent décrié car très avantageux, en annonçant une mesure symbolique < la baisse de 8% de leur pension au 1er janvier 2011 >.

Lors de sa réunion du 27 octobre 2010, le bureau de l’Assemblée nationale a validé, sur proposition de Bernard Accoyer, les dispositions d’une importante réforme du service de pension vieillesse des anciens députés engagée à l’initiative des parlementaires. Cette réforme sera mise en oeuvre dès le lendemain de la promulgation de loi portant réforme des retraites et aligne le système de retraite des députés sur le régime général. A partir de la prochaine législature, en 2012, sera par ailleurs supprimée la double cotisation obligatoire qui permet à un député de toucher une allocation vieillesse de 1.572 euros net pour cinq ans de mandat et de 5.916 euros après vingt ans de mandat. Mais pour compenser partiellement le caractère parfois précaire d’une carrière de député, le bureau s’apprête à instituer un système facultatif de compensation pour défaut de déroulement de carrière, qui permettra à chaque député, s’il le souhaite, de cotiser double < à 10,55 % > pendant ses deux premiers mandats, soit 10 ans < = 20 ans >.