Monthly Archives: décembre 2010

Sécurité : le gérant du ( tabac presse ) à Marseille 15 libéré après six jours de séquestration

Le mercredi 8 décembre 2010, le buraliste de 36 ans avait été enlevé  à  7 heures du matin par des hommes encagoulés et armés dans le centre commercial de Kalliste,  à Marseille 15, avant d’être libéré mardi matin 14 décembre 2010  < par 200 policiers >  dans une ferme à Celony,  près   d’Aix-en-Provence.  Ses   ravisseurs  réclamaient   une   rançon  d’un  million d’euros.  Le  rapt  a  donc  été  tenu secret  pendant  six jours.  L’alerte avait été donnée par l’employé du < tabac presse > qui avait été plaqué au sol durant l’enlèvement.

Outre les quatre preneurs d’otage présumés, neuf personnes < proches, parents, complices >, ont été interpellées, et placées en garde à vue à la police judiciaire. Des armes de poing et de la drogue ont été retrouvées.

Les investigations,  placées  sous  l’autorité  d’une  juge d’instruction du Tribunal de Grande Instance  ( TGI )  de  Marseille,  ont  été  confiées  à  la  police  judiciaire,  ainsi  que  la force d’intervention de la police nationale ( FIPN ).

Les  treize  personnes  arrêtées  mardi 14  décembre  2010 après le kidnaping du buraliste, sont  soupçonnées d’être les auteurs de la fusillade par des tirs de Kalachnikov qui avait tué le  vendredi 19  novembre  2010, au clos de la Rose, à Marseille 13, un adolescent de 16 ans et   blessé  un  enfant  de  11 ans.  Elles  sont  également  soupçonnées  pour  des  affaires de règlements de compte récents.

Mardi  soir, l’oncle  du  buraliste  présent  dans  le  < tabac presse >  s’est dit soulagé et très satisfait  de  l’intervention  exemplaire de  la  police.  Son  neveu  est  sain  et sauf, mais très affaibli.

Parti Socialiste : la bataille des primaires a commencé

La campagne électorale pour l’élection présidentielle de 2012 est largement engagée au sein du parti socialiste, dont la direction laissait entendre, il y a quelques jours encore, vivre une période d’union exceptionnelle.

Ségolène Royal est entrée en scène, à la surprise, de ses partenaires, postulant pour les primaires que le PS envisage d’organiser en juin 2011. C’est de la triche, disent ses rivaux, alors que le dépôt des candidatures n’était prévu qu’en juin 2011. Comme si eux-mêmes n’étaient pas tous déjà sur les rangs.

Cette procédure des primaires, dont le parti Socialiste s’est fait le champion, introduirait, uniquement pour lui, une étape de plus dans la course à l’Elysée. Mais ses partisans prétendent, qu’elle serait un moyen, de rendre l’élection plus démocratique, < puisque les citoyens et pas forcément seulement les adhérents du PS, pourraient intervenir dans le choix des candidats issus du parti et même au delà >.

Ces primaires, si elles se mettent en place, permettront à celui qui l’emporterait dans cette présélection de prétendre qu’il a été choisi par le peuple. Comme si les nombreux postulants, qui se bousculent déjà sur la ligne de départ, pouvaient passer pour une émanation de la population, alors que, cela ne fait de doute pour personne. Ils se sont mis en avant pour servir leurs ambitions et non les intérêts de leurs électeurs.

Les primaires ne sont donc qu’un épisode supplémentaire qui se rajoute, à la comédie que constitue l’élection présidentielle. Cela évite aux postulants socialistes de parler programme, projets et idées. Ils peuvent éluder de cette façon la question brûlante actuelle < comment faire en sorte que ce ne soit pas au monde du travail que l’on fasse payer la crise ? >.

La droite regarde le film et se frotte les mains, espérant que ces affrontements dérisoires de son opposition lui redonnent l’espoir de l’emporter, en dépit des pronostics des sondages, < le président au plus bas dans les sondages >. Elle a aussi sa part de choc des ambitions, < affrontement entre Dominique de Villepin et Nicolas Sarkozy >. Les uns et les autres se préparent à jouer leur rôle d’acteur pour tenter de faire diversion à des problèmes réels, et surtout aux moyens de les affronter efficacement.

Il y a d’une part les mesures que le gouvernement prépare ( budget, santé, impôts, services publics, éducation nationale, etc…), prolongeant les attaquent contre les retraites que vient de subir le monde du travail. Il faudra faire face, d’autant plus que le PS ne s’engage même pas, s’il parvenait au pouvoir, à les abroger.

Le PS, comme à son habitude et après chaque affrontement dans ses rangs, joue la réconciliation < cette fois le samedi 11 décembre 2010, les deux leaders Martine Aubry et Ségolène Royal côte à côte lors de la convention sur l’égalité réelle >.

Tous ces feuilletons inutiles ne font que favoriser < l’opinion et les sondages >, au profit du Front National et son leader Marine Le Pen.

 

Justice : marchés publics frauduleux dans les Bouches-du-Rhône

Plusieurs personnes, dont Alexandre Guérini, dirigeant d’entreprises de traitement de déchets et frère du président PS du Conseil Général des Bouches-du-Rhône, étaient toujours en garde à vue le mardi 30 novembre 2010 à Marseille. Elles ont été auditionnées depuis le lundi 29 novembre à la section de recherches de la gendarmerie dans le cadre d’une enquête sur des marchés publics présumés frauduleux.

Les investigations se concentrent sur les conditions d’attribution et de fonctionnement de la décharge du Mentaure à la Ciotat qui recueille les déchets d’Aubagne ainsi que de certaines villes de la communauté urbaine de Marseille Provence Métropole < MPM >. La période 2003-2005 est notamment passée au crible.

Parmi les autres personnes auditionnées, figurent Hervé Thérond, directeur général des services de l’agglomération d’Aubagne, ainsi que le prédécesseur de ce dernier, Daniel Pinna, aujourd’hui à la retraite, il a été < mis en examen mercredi 1er décembre 2010 pour détournement de fonds publics et complicité, et laissé libre sous contrôle judiciaire > et la responsable du service des déchets.

Michel Karabadjakian, directeur général adjoint à la propreté de Marseille Provence Métropole < MPM >, a aussi été entendu. Il avait consigné des irrégularités présumées qui, selon lui, bénéficiaient aux sociétés d’Alexandre Guérini. < Il est poursuivi pour trafic d’influence et corruption passive >.

L’enquête, conduite par le juge Charles Duchaine, de la juridiction inter régionale spécialisée < Jirs >, est menée  dans le cadre de plusieurs informations judiciaires ouvertes contre x en avril 2009 à la suite de courriers anonymes, pour des fraudes présumées dans la passation de marchés publics, en particulier dans la filière des déchets.

Deux fonctionnaires de l’agglomération d’Aubagne, Michèle Duval, mis en examen pour < soustraction et détournement de biens publics par une personne chargée d’une mission de service public > et Christophe Bringuier, mis en examen pour < complicité de détournement de fonds publics >.

La compagne d’Alexandre Guérini, Jeannie Peretti, a été mise en examen pour < recel d’abus de biens sociaux >.

Alexandre Guérini et l’un de ses proches Philippe Rapezzi ont été écroués dans le cadre de l’enquête sur des marchés publics présumés frauduleux.

Alexandre Guérini, 53 ans, a été écroué à la maison d’arrêt de Luynes dans les Bouches-du-Rhône. Il avait été mis en examen mercredi 1er décembre 2010 par le juge Charles Duchaine pour < détournement de fonds publics, recel et blanchiment, abus de biens sociaux, trafic d’influence, corruption active et détention d’un chargeur d’un pistolet Glock >.

Philippe Rapezzi, chef d’entreprise de 48 ans, est pour sa part poursuivi pour < abus de biens sociaux, détournement de fonds publics et recel >. Il a été incarcéré à la maison d’arrêt des Baumettes, à Marseille.

Jean-Noël Guérini, le président PS du Conseil Général des Bouches-du-Rhône, le frère d’Alexandre Guérini, affirme ne pas être concerné ni de près, ni de loin par les affaires et les entreprises de son frère.