La Poste : reprise du travail à Marseille 02 après 139 jours de grève

A l’issue de la 135ème journée de conflit,  mercredi  16  février  2011,  le blocage  des négociations entre salariés du centre de distribution du deuxième arrondissement de Marseille est resté malheureusement  d’actualité  faute d’avancées  sur  les questions centrales   du  conflit.  Pour  mémoire, < ce  qui  a  mis le  feu aux  poudres >,  selon  le secrétaire  CGT du secteur 02,  et qui  a  suscité  dès  le 7 octobre 2010 un mouvement     de grève suivi à 100% par les salariés, cadres compris, c’est le  problème du statut des nouveaux   embauchés.   La  direction   persistant  à   avoir   recours  aux   travailleurs intérimaires dans le centre courrier.  Ce qui pose le   double problème de la baisse de la qualité de service public et l’intérêt même des employés précaires dont nous réclamons qu’ils puissent avoir la garantie d’emploi stable.

Au  centre  de  distribution,  mercredi  16  février  2011  à  16h30,  il  y a eu la visite de responsable   du  Front  de  Gauche :  Christian Picquet < Gauche Unitaire >, Jean-Luc Mélenchon <  Parti de Gauche  >,  Pierre Laurent et  Pierre Dharréville  < PCF >, pour soutenir les postiers de Marseille 02.

Les  postiers  ont  fait part de leurs difficultés  à  porter  à bout de bras un conflit et des revendications qu’ils estiment  à  juste  titre  être  d’intérêt général. < Nous souffrons, y compris dans nos vies intimes, de la longueur de ce conflit >, a confié l’un des postiers en grève à Jean-Luc Mélenchon. <  Vous  n’êtes  pas  des  gréviculteurs >, leur répondait-il. Comme  on  qualifie  souvent  celles  et  ceux  qui sont déterminés à  se battre pour leurs droits.

Les postiers du deuxième arrondissement de Marseille  viennent  de  décider  de la reprise du travail, mardi  22  février 2011 après  une grève de 139 jours. Soutenus depuis le début du  conflit  par  la  majorité  des  habitants de leur   secteur    <    signature  de   milliers  de pétitions,  organisation   de  débats  avec  les  usagers,  rencontre  avec les politiques >. < De plus une solidarité s’est instaurée de la part des postiers,  des usagers, des organisations syndicales, des associations et partis politiques,  le  secours  populaire,  des  associations  de commerçants  de  quartiers  >.  Tous  ces  acteurs,  et  la détermination  de l’ensemble  des  agents  du centre courrier ont contribué à l’ouverture de l’ultime négociation qui a mis fin à ce conflit.

Sur la question de l’emploi, nous avons obtenu le comblement des départs en retraite tout en  gardant la  même  organisation  que  nous  avions  auparavant,  commente Alain Croce, délégué  CGT.  Fin  mars  2011,  un  titulaire  <  fonctionnaire  ou  CDI  >  est  prévu  pour remplacer le poste de l’intérimaire qui n’a plus sa place dans le centre courrier, conclut-il.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


*