Monthly Archives: septembre 2011

Affaire Guérini : Jean-Noël Guérini mis en examen

Le sénateur et président socialiste du conseil général des Bouches-du-Rhône, Jean-Noël Guérini, a été mis en examen jeudi 8 septembre 2011 dans une affaire de marchés publics présumés frauduleux de l’agglomération marseillaise.

Il a été mis en examen pour des faits de prise illégale d’intérêt, de trafic d’influence et d’association de malfaiteurs.

Jean-Noël Guérini, a immédiatement annoncé qu’il se mettait en congé du parti socialiste, conformément aux demandes des instances de sa formation embarrassée par cette affaire et qu’il déléguerait ses prérogatives au conseil général à son premier vice-président, sans pour autant démissionner de la présidence.

Plusieurs responsables politiques à gauche, dont les cinq candidats socialistes à la primaire ont approuvé la décision de Jean-Noël Guérini de se mettre en congé du parti, jeudi 8 septembre 2011, mais estiment qu’il doit faire un pas de plus, en démissionnant de la présidence du conseil général des Bouches-du-Rhône.

Jean-Noël Guérini n’est pas le seul élu PS à avoir été confronté, jeudi 8 septembre 2011, au juge Charles Duchaine. L’adjoint au maire de Berre L’Etang chargé des travaux, Raymond Bartolini l’avait précédé dans le bureau du magistrat marseillais. Ce dernier l’a mis en examen pour < blanchiment d’argent en bande organisée, favoritisme en lien avec des marchés publics et corruption passive >, dans le cadre de l’un des volets de l’affaire Aléxandre Guérini ( frère de Jean-Noël Guérini ). M Raymond Bartolini a été écroué à la prison des Baumettes à Marseille.

Le sénateur-maire PS de Berre L’Etang Serge Andréoni est convoqué lui aussi dans la même affaire par la justice le 14 septembre 2011 pour < des faits présumés de complicité de trafic d’influence >.

Marseille – Affaire Guérini : le PS commence à lâcher Jean-Noël Guérini

Le premier secrétaire par intérim du parti socialiste, Harlem Désir, a estimé que Jean-Noël Guérini devra quitter le parti socialiste et la présidence du conseil général des Bouches-du -Rhône s’il est mis en examen. L’ex-premier secrétaire de la fédération des Bouches-du Rhône, jean-Noël Guérini, a été convoqué pour le jeudi 8 septembre 2011 par le juge marseillais Charles Duchaine, qui enquête sur plusieurs dossiers liés à des marchés publics présumés frauduleux visant son frère, Alexandre Guérini. A l’issue de cette audition, il pourrait être mis en examen pour < association de malfaiteurs, trafic d’influence et prise illégale d’intérêts >.

La riposte de Jean-Noël Guérini ne s’est pas fait attendre. Sur son blog < je n’accepterai pas d’être un bouc émissaire >. Le président PS du conseil général a qualifié Harlem Désir de < professeur de morale > qui < oublie qu’il a été lui-même condamné > le 12 décembre 1998 à dix huit mois de prison avec sursis et 30.000 francs d’amende pour recel d’abus de biens sociaux.

Harlem Désir reste très ferme avec le président du conseil général des Bouches-du-Rhône < je sais que Jean-Noël Guérini est coutumier d’intimidations avec des militants des Bouches-du-Rhône. Je veux protéger les militants et les socialistes des Bouches-du-Rhône de ces méthodes inacceptables >.

Le PS commence à lâcher Jean-Noël Guérini :

Martine Aubry < ex-première secrétaire du parti et candidate à la primaire socialiste > avait assuré que si la justice tranchait en faveur d’une culpabilité de Jean-Noël Guérini, elle lui dirait de prendre congé du parti.

Manuel Valls < également candidat à la primaire socialiste >, avait émis le même avis.

François Hollande < aussi candidat à la primaire socialiste > si Guérini est mis en examen pour de graves incriminations, il ne peut rester président du conseil général.

Début juillet 2011, le PS a adopté les conclusions d’un rapport sur le fonctionnement de la fédération des Bouches-du-Rhône, qui s’est vue proposer un contrat de rénovation mais pas de sanction. Dans ce cadre a été décidée l’élection d’un nouveau premier secrétaire fédéral. C’est Jean-David Ciot, un proche de Jean-Noël Guérini, qui lui a succédé le jeudi 21 juillet 2011 à la tête de la fédération des Bouches-du-Rhône.

Cette réforme n’a pas été du goût d’Arnaud Montebourg < candidat à la primaire socialiste >, qui a été le seul socialiste à refuser de voter les conclusions du rapport sur la fédération de Jean-Noël Guérini. Il a accusé le parti d’avoir < méprisé son travail >. Dans un document appelé < rapport Montebourg >, il a dénoncé des dérives < clientélistes > dans la fédération des Bouches-du-Rhône, allant jusqu’à parler de système < féodal >. Arnaud Montebourg a affirmé l’avoir transmis dès décembre 2010 à la première secrétaire du parti socialiste Martine Aubry, sans obtenir de réponse.