Marseille – Affaire Guérini : le PS commence à lâcher Jean-Noël Guérini

Le premier secrétaire par intérim du parti socialiste, Harlem Désir, a estimé que Jean-Noël Guérini devra quitter le parti socialiste et la présidence du conseil général des Bouches-du -Rhône s’il est mis en examen. L’ex-premier secrétaire de la fédération des Bouches-du Rhône, jean-Noël Guérini, a été convoqué pour le jeudi 8 septembre 2011 par le juge marseillais Charles Duchaine, qui enquête sur plusieurs dossiers liés à des marchés publics présumés frauduleux visant son frère, Alexandre Guérini. A l’issue de cette audition, il pourrait être mis en examen pour < association de malfaiteurs, trafic d’influence et prise illégale d’intérêts >.

La riposte de Jean-Noël Guérini ne s’est pas fait attendre. Sur son blog < je n’accepterai pas d’être un bouc émissaire >. Le président PS du conseil général a qualifié Harlem Désir de < professeur de morale > qui < oublie qu’il a été lui-même condamné > le 12 décembre 1998 à dix huit mois de prison avec sursis et 30.000 francs d’amende pour recel d’abus de biens sociaux.

Harlem Désir reste très ferme avec le président du conseil général des Bouches-du-Rhône < je sais que Jean-Noël Guérini est coutumier d’intimidations avec des militants des Bouches-du-Rhône. Je veux protéger les militants et les socialistes des Bouches-du-Rhône de ces méthodes inacceptables >.

Le PS commence à lâcher Jean-Noël Guérini :

Martine Aubry < ex-première secrétaire du parti et candidate à la primaire socialiste > avait assuré que si la justice tranchait en faveur d’une culpabilité de Jean-Noël Guérini, elle lui dirait de prendre congé du parti.

Manuel Valls < également candidat à la primaire socialiste >, avait émis le même avis.

François Hollande < aussi candidat à la primaire socialiste > si Guérini est mis en examen pour de graves incriminations, il ne peut rester président du conseil général.

Début juillet 2011, le PS a adopté les conclusions d’un rapport sur le fonctionnement de la fédération des Bouches-du-Rhône, qui s’est vue proposer un contrat de rénovation mais pas de sanction. Dans ce cadre a été décidée l’élection d’un nouveau premier secrétaire fédéral. C’est Jean-David Ciot, un proche de Jean-Noël Guérini, qui lui a succédé le jeudi 21 juillet 2011 à la tête de la fédération des Bouches-du-Rhône.

Cette réforme n’a pas été du goût d’Arnaud Montebourg < candidat à la primaire socialiste >, qui a été le seul socialiste à refuser de voter les conclusions du rapport sur la fédération de Jean-Noël Guérini. Il a accusé le parti d’avoir < méprisé son travail >. Dans un document appelé < rapport Montebourg >, il a dénoncé des dérives < clientélistes > dans la fédération des Bouches-du-Rhône, allant jusqu’à parler de système < féodal >. Arnaud Montebourg a affirmé l’avoir transmis dès décembre 2010 à la première secrétaire du parti socialiste Martine Aubry, sans obtenir de réponse.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


*